You've met with a terrible fate, haven't you ? | Fiche terminée ~



 

Partagez|
You've met with a terrible fate, haven't you ? | Fiche terminée ~
Mer 8 Juil - 22:24
You've met with a terrible fate, haven't you ? | Fiche terminée ~



nom, prénom Bowers Psyche
âge, date 19 ans | 19 Août
origine Anglaise.

particularités Il a un tic, c'est de passer sa main sur ses cheveux pour bien les mettre en arrière.  
Sinon, il est totalement fou de sa soeur.

groupe, suivi médical Patient de l'aile B.
Evidemment, il y a des médicaments à prendre, mais il fait de son mieux pour ne pas y toucher. Il en a pris pendant un long moment et ça n'a rien changé donc sachant que ça sert à rien en général, il n'y a aucune raison à ce qu'on le force.
Bien sûr, il y a aussi les fameux rendez-vous chez le psychiatre, mais ça rentre par une oreille pour en sortir de l'autre.
pouvoir Contrôle de la chaleur :
Spoiler:
 
Personnalité
Psyche est un jeune garçon qui a tendance à trop prendre la vie à la légère et pour un simple jeu. Souvent, il affiche un air détendu, enfouie ses mains dans des poches et son visage donne l'impression d'être tout le temps fatigué alors qu'il n'en est rien. Il est juste calme et vaut mieux qu'il reste ainsi le plus longtemps possible, comme n'importe quel patient à vrai dire. Le jeune homme n'est pas timide ni asocial, pourtant, il prend son temps avant de commencer à discuter avec quelqu'un, préférant de loin l'observer dans l'espoir de mieux le cerner et de le tromper pour s'amuser.

Etant atteint de psychose, le blond ne fait plus la différence entre le réel et irréel, a des hallucinations constantes et peut devenir violent. C'est à cause de ce trouble qu'il est ici et après avoir commis de nombreuses choses aussi. Les « personnes normales » n'ont pas aimé qu'il se mette à rire pour rien, qu'il dise des choses « anormales », qu'il soit paranoïaque et qu'il tue les gêneurs en riant de toutes ses forces. Les gens ont eu peur de lui, mais ça ne fait que le laisser indifférent, comme tout ce qu'on peut dire sur lui, ça ne l'atteint pas... En fait, ça peut le faire rire comme si on venait de lui faire la meilleure blague du monde. Cependant, il ne faut jamais s'en prendre à Alaya, car là, c'est bel et bien le seul moyen pour le mettre en colère en un temps record. Sa sœur est tout pour lui : son amie, son âme sœur, sa future femme, celle qui portera son enfant, tout ce que vous voulez dans ce genre ! Il est possessif et amoureux d'elle à tel point que si quelqu'un d'autre que lui la touche, non seulement ça ne fera qu'amplifier sa colère et lui donnera des envies de meurtre, mais en plus, il forcera sa sœur à prendre une douche pour qu'elle ne soit plus souillée par de sales pattes, comme il dira. Mais lorsqu'il est séparé d'elle, il déprimera, ne mangera plus et ne bougera plus, comme si une grande partie de son âme venait de s'envoler, comme si seule sa sœur pouvait le maintenir en vie par l'unique force de sa présence. C'est son plus gros point faible et dieu sait que c'est dur de le cacher.

Psyche n'écoute que lui et Alaya. Son entêtement peut être un adversaire redoutable tant qu'on ne lui fait pas de chantage. Mais tout ça n'est qu'à cause des nombreux médecins, qui croient tout savoir sur lui alors qu'ils n'ont fait que le droguer à des cachets qui ne sont d'aucune utilité et l'ont finalement enfermé dans un lieu qu'il ne connaît pas spécialement. Ce jeune homme est très rancunier et sa tante pourra le confirmer... Pardon, c'est vrai qu'elle est morte dans d'atroces souffrances et ce geste n'est nullement regretté. Il est très rare lorsqu'il regrette un choix qu'il fait et si jamais c'est le mauvais, il rejettera la faute sur autre chose, comme il sait si bien le faire. Le frère d'Alaya sait assumer des choses, mais que lorsqu'il a envie. Menteur ? Non ce n'est pas du tout le bon mot et si vous le dites devant lui, il répondra qu'il n'a pas envie de dire la vérité, c'est très simple. Oui, son manque de répartie fait très peur, mais il peut faire plus d'effort quand la personne en face de lui le mérite... Voilà, quand la personne ne l'intéresse pas, il fait tout pour se rabaisser à son niveau et couper court à la rencontre, mais quand elle est plus stimulante, il montrera ses crocs et fera tout pour qu'il ne soit pas la victime. Se faire des amis ? Dans un monde où seuls les coups de couteau dans le dos sont les maîtres, ça ne lui donne pas envie. Certes, tout n'est qu'un jeu pour lui, mais c'est bien trop rempli de bug et de lag à son goût ! Or, il peut s'en faire sans le vouloir, tout n'est pas impossible !

La musique étant l'une de ses passions, il aime faire des références à droite et à gauche. De plus, le blondinet fait comme s'il jouait du piano, comme s'il ne voulait pas perdre la main puisqu'il a perdu le sien depuis longtemps. Sinon, il peut se contenter que de son sifflement pour passer le temps, mais ça n'égalera jamais les vrais instruments. Il aimerait bien en avoir un et c'est son second but dans la vie... Le premier ? N'est-il pas évident ? Il veut juste se marier à sa sœur.

Ah la violence... Quel mot rempli de joyeuseté, de poésie et d'amour. Apparaissant sans prévenir, elle peut changer ce jeune garçon en tout point. De celui qui se fiche de tout, il passera à celui qui prend le premier truc qu'il a sous la main pour servir d'arme... Même si c'est du papier toilette ! Mais ses hallucinations lui feront voir autre chose que ce doux papier qui sert à nettoyer certaines parties du corps. Du coup, il se demandera : « Pourquoi cette dague se plie et ne veut pas s'enfoncer dans le derrière de ce porc ?! J'ai faim moi ! » Un rire sinistre se fera entendre à plusieurs mètres à la ronde et ne cessera qu'une fois qu'il en aura terminé. Ajoutons à son côté sadique un petit côté masochiste. Car si faire du mal aux autres lui fait autant plaisir que faire certaines choses à Alaya, l'inverse revient exactement au même. Toutefois, ce n'est pas n'importe qui qui a ce droit, ce sont seulement les méritants et ceux qui le surpasseraient... Même s'il est très mauvais joueur et qu'il hurlera, à en perdre la voix, qu'il ne l'accepte pas.  

Psyche déteste l'ennui, les choses trop banales et ceux qui se croient meilleurs que n'importe qui, il met tout le monde sur un même pied d'égalité et c'est pour cette raison qu'il est dégoûté lorsque des personnes disent qu'ils sont anormaux... Ils sont tous humains, non ? Alors à quoi ça sert de dire qu'il y a des normaux et des anormaux ? Voilà une question qui restera certainement sans réponse. A contrario de l'ennui, le psychotique aime beaucoup s’amuser avec tout et n'importe quoi... Ce jeune homme, bien qu'il ne parle pas beaucoup quand il ne connait personne, peut être très ouvert... Dans tous les sens du terme, malgré que son corps ne soit qu'à sa sœur.

Histoire
Un certain 19 Août, deux enfants furent nés dans un hôpital situé quelque part dans l'Angleterre. Un médecin demanda à une jeune maman de donner deux prénoms et ceux-ci furent Psyche et Alaya, les faux jumeaux de la famille Bowers. Cette famille fut du genre à voyager dans tous les pays du Monde à cause du travail des parents des deux enfants et lorsqu'ils furent âgés de cinq ans, ils furent obligés de les suivre. Cependant, il était trop difficile pour eux de rester plus longtemps à leur côté... Il fallait dire que les décalages horaires, l'apprentissage des langues et l'intégration dans les écoles n'étaient pas du tout à la portée de Psyche et d'Alaya donc la mère dut prendre une décision plutôt compliquée : elle allait confier ses deux enfants à sa sœur. Pourquoi ce choix était dur à prendre ? Leur mère savait que sa sœur avait été toujours jalouse d'elle et qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant alors elle possédait une sorte de mauvais pressentiment. Or, comme son mari était un enfant unique et qu'il y avait pas de nouvelles du reste de la famille, c'était le seul choix possible.

Une fois qu'ils furent confiés et que les parents partirent pour faire leur travail, la tante ne perdit pas de temps et fit part de quelques règles qui s'avéraient bien strictes pour les deux jeunes enfants. Ces dernières servaient à les éduquer selon la dame, mais à quoi ça servait de les maltraiter à chaque faux pas ? Surtout qu'au fil des années, les deux jumeaux en firent beaucoup, mais à chaque fois, Psyche prenait le double parce qu'il protégeait sa sœur. Puis, dès qu'ils en avaient l'occasion, les deux se soutenaient de toutes sortes de manières jusqu'à ce que celles-ci rendent Psyche amoureux de sa propre sœur. Il fallait dire qu'ils avaient de nombreux points en commun, c'était la seule à pouvoir le comprendre, elle lui remontait le moral dans les moments les plus durs... Bref, elle était devenue son idéal féminin sans qu'elle ne s'en rende compte et elle était bien différente des autres filles qu'il pouvait croiser dans sa propre école.

Lorsque les deux eurent 12 ans, Psyche était agacé à cause d'une sale journée qu'il avait eue. En même temps, le harcèlement dans les écoles, c'était bien connu, mais il était différent par rapport à ce qu'on pourrait croire. Car pour une fois, un enfant perturbateur ne s'en était pas pris à lui, mais à sa sœur et l'avait regretté dans la mesure où celui-ci se trouvait à l'hôpital avec ses deux bras cassés. Psyche n'était pas d'un naturel violent de base et pourtant, c'était lui qui avait fait ça à la grande surprise de ses autres camarades de classe. Alaya savait d'où provenait cette violence bien que son frère lui eût donné la confirmation un peu plus tard et qu'il redoutait plus que tout la punition qu'il allait recevoir. Comme souvent, arrivé à la maison, sa tante fut au courant et il recevait des coups et ne pouvait même pas manger un tiers du repas du soir. Ensuite, il fut enfermé dans ce qui ressemblait à un grenier avec Alaya qui n'y était pour rien.

« Dis Alaya, que penses-tu de cette situation ?[/color]
- Ce n'est pas évident ? J'en ai marre, je veux partir et il faut que papa et maman reviennent !
- Je veux la même chose que toi... »

Les deux se regardèrent et s'échangèrent un sourire plutôt timide.

« Alaya... Tu sais quoi ?
- Non ?
- Je... Je t'aime ! »

Mais sans que Psyche ne s'y attende, sa sœur se rapprocha de lui et lia leurs lèvres pendant de longues et agréables secondes. Voilà que leur premier baiser venait d'être fait.

Le souhait de ces deux adolescents ne se réalisa que 3 ans après, à leurs 15 ans. Ce fut en paniquant que leur mère entrait sans même toquer chez sa sœur et s'empressa de serrer ses deux enfants qu'elle ne put pas voir grandir. Elle posa de nombreuses questions auxquelles Psyche et Alaya répondirent le plus naturellement possible, même s'ils durent mentir sur plusieurs points comme : si ça s'était bien passé ? Est-ce que sa sœur avait bien pris soin d'eux ? Et sans même la remercier, elle récupéra ses enfants pour vivre dans une autre ville en Angleterre. A présent, il n'y avait plus que le père qui partait en voyage pour son travail, la mère préférant s'occuper de ses enfants afin de ne plus être rongée par la culpabilité et elle comptait bien rattraper le temps perdu !

Malgré le fait que Psyche et Alaya faisaient tout pour cacher leur relation et leur moment de « perte de contrôle » à leurs parents, ils finirent par être pris en pleine action. Au début, la mère était partie à un aéroport le plus proche pour retrouver son mari donc les jumeaux pensaient avoir le temps de passer au stade supérieur de leur amour, mais ils ne s'attendaient pas du tout à ce qu'ils reviennent tôt. Du coup, ce qui devait arriver, arriva : ils furent pris alors qu'ils étaient nus et allaient commencer le plus intéressant. Directement, le père se chargea d'éloigner son fils de sa fille tout en le maintenant, on ne sait jamais. Quant à sa mère, elle eut les larmes aux yeux et expliqua plusieurs choses. Pour commencer, elle ne comprenait pas pourquoi ils en étaient arrivés là. Ensuite, elle avait entendu des rumeurs sur ses propres enfants sur le fait qu'ils soient très violents et avaient blessé gravement certains camarades de classe, mais elle ajoutait qu'elle n'y avait jamais cru parce que ce n'étaient que des rumeurs et qu'elle avait entièrement confiance en ses enfants... Malheureusement, cette dernière venait de se briser et ils furent à nouveau séparés. Alaya dut vivre chez la tante puisqu'elle avait pris la défense de son frère en disant que c'était elle qui l'avait influencé, alors qu'il s'agissait du contraire, et que c'était ce qu'elle méritait. Malgré le fait que le blond hurlait le prénom de sa sœur à en perdre sa voix, ça ne changeait pas la donne, il entendit même son père lui dire :

« Pardonne-nous Psyche, mais on fait ça pour votre bien. On ne veut pas que vous soyez mauvais alors peut-être que le fait d'être séparés arrangera tout. »

Mais il fallait que le jeune garçon n'ait plus de voix à ce moment et il ne put pas lui répondre que ça n'allait faire qu'aggraver le tout.

Pendant une année entière, celui-ci était en pleine dépression. Il mangeait très peu, restait cloîtré dans sa chambre à penser qu'à sa sœur et réfléchissait à ce qu'il s'était passé pour qu'ils en arrivent là... La réponse était simple : tout était de la faute à « cette femme », il fallait s'en débarrasser pour que tout soit comme avant. Il lui fallut trois longues années pour parvenir à sa maison et rien que le fait de la voir lui donnait un sourire ainsi que des pulsions des plus étranges. En pleine nuit, il entra dans cette habitation, rejoignit sa tante dans la cuisine et s'approcha dangereusement d'elle avant d'envoyer son poing dans son visage. Ainsi, elle était plus occupée à frotter son visage qu'à chercher à se défendre. Sans perdre plus de temps, Psyche prit un couteau de boucher et avança de nouveau vers sa tante, son regard n'inspirant en aucun cas la confiance et ses yeux naturellement rouges n'aidaient pas le moins du monde. Cette dernière se releva illico presto et recula jusqu'à ce qu'un mur ne la bloque.

« Att... Attends Psyche ! Tu... Tu ne vas quand même pas tuer ta seconde ma... Maman, pas vrai ? T-tu sais, je n'ai fait aucun mal à Alaya pen... Pendant votre séparation, elle n'a manqué de rien, je te jure ! 
- Mensonge...
- Tu as toujours été mon préféré ! En plus, t-t'es devenu un beau garçon alors s'il te plait, tu ne peux pas me faire ça... Tu pourrais le... »

Néanmoins, elle n'eut pas le temps de finir cette phrase que Psyche voulut lui planter le couteau en plein dans la gorge, mais il rata son coup puisque sa tante s'était décalée en espérant éviter le coup sauf que ça ne marcha pas et son épaule droite prit cher.

« Le regretter ? Commença-t-il avec un sourire digne d'un psychopathe. Ça m'étonnerait, tu ne sais pas à quel point je te déteste et veux te voir crever dans d'atroces souffrances ! »

Voilà qu'il se mit à rire tout en se dépêchant de trancher les tendons qui se situent sur ses chevilles afin que la dame ne puisse plus lui échapper. Bien sûr, ses nombreux cris alertèrent Alaya, qui préférait rester au niveau de la porte de la cuisine, qu'elle venait d'ouvrir.

« Ah ! Alaya ! Dis-moi que tu es venue sauver ta maman chérie, n'est-ce pas ? »

En premier temps, Psyche lança un regard mauvais et dégoûté à celle qui venait de prendre la parole avant de se tourner vers sa sœur. Elle avait bien changé depuis le temps et était devenue encore plus parfaite qu'avant, sauf que le visage et le regard de son frère n'exprimaient rien pendant qu'il la fixait, il ignorait de quel côté elle se trouvait, sa tante aurait peut-être réussi à la changer ? Non, c'était impossible ! Voilà qu'en second temps, la jeune blonde s'approcha des deux et tendit sa main une fois qu'elle fut devant son frère. Celui-ci lui donna le couteau sans broncher.

« C-c'est bien ! M-maintenant que tu as le couteau, t-tu peux lui faire regretter ce qu'il a fait d'accord ? S-si tu le fais, t-tu peux compter sur moi pour réaliser n'importe lequel de tes souhaits !
- Non, tu ne pourras pas.
- P-pourquoi ?
- Parce que mon souhait est de rester aux côtés de Psyche pour l'éternité ! »

En troisième temps, Alaya planta le couteau sur l'épaule gauche de sa tante et fit un sourire à son frère avant de lui rendre le couteau. S'amusant à le jeter et à le rattrapé comme si c'était une balle, il regarda sa tante de haut avant de ricaner.

« Quel manque de chance... Tu pensais avoir bien pris soin d'elle, mais il faut croire qu'il n'y a que moi pour ça. J'ai une question à te poser... Tu sais, j'ai souvent emprunté ton piano et tu m'as puni parce que je le souillais, mais en vérité, tu te rendais compte que mon talent était plus grand que le tien et tu étais jalouse... Mais passons, est-ce que tu crois qu'on peut jouer du xylophone sur des côtes humaines ? »

Son regard et son sourire devinrent dangereux. La victime eut le temps de dire que les deux étaient fous et fut éventrée juste après ça. Finalement, Psyche se fichait de ne pas avoir de réponses à sa question, il était bien heureux de retrouver sa sœur et s'empressa de l'embrasser langoureusement. Peu de temps après, la police arriva et emprisonnèrent les deux jumeaux. Cependant, même en prison, ils faisaient peur aux autres criminels qui, pour certains, étaient bien plus impressionnants qu'eux, mais leur folie n'a pas de limite et tuer des « frangins » était aussi drôle que tuer la tante. Le tribunal décidèrent de les mettre dans un asile, car ce serait uniquement là-bas qu'ils pourraient expier leurs péchés et ils ne choisirent pas n'importe lequel... Leur choix se porta sur Echoes of Silence, un asile assez connu en Corée du Nord. Il s'agissait, selon eux, du meilleur endroit pour garder des fous comme eux.

code du règlement Validation Divine

prénom, pseudo Tsuki, Tsu, Junie ou Psyche, je suis indécise !
âge 22 ans.

comment tu nous as découvert ? Par 3 guys qui sont arrivés avant moi.
des commentaires/suggestions/critiques sur le forum ? Pas spécialement.

un dernier discours à nous faire? Euh... Autant prévenir à l'avance, non ? A cause de mon travail, je ne répondrai pas très vite, mais je ferai de mon mieux, voilà. Et désolée pour cette fiche pas très travaillée...

E.O.S
avatar
E.O.S
Messages : 36

Carnet de Santé
::
Voir le profil de l'utilisateur
You've met with a terrible fate, haven't you ? | Fiche terminée ~
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: